Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 01:51

Nos performances sont liées à nos connaissances, nos compétences à réaliser et notre motivation (Campbell 90).  Quand nous sommes motivés à agir c'est que nous ressentons tout d'abord un besoin inassouvi, un manque qui va nous pousser à agir pour trouver ce qui nous intéresse. En général chez les humains ce qui nous intéresse a un lien avec les récompenses, le plaisir, les besoins de reconnaissance, d'affiliation, de réalisation (voir pyramide de Maslow,  pour une vision globale de nos besoins).

Vroom (1964) (dans sa théorie du résultat escompté) propose une formule calculant la force de la motivation (F) :

 F = E*( \sum V*I )

où  V = La « valence, ou valeur, positive ou négative, que l'on attribue au résultat de ses actions ou de sa performance. "est-ce que ce que j'obtiens en retour pour ma performance accomplie, c'est important ou pas pour moi ?"

I= instrumentalité" si je fais ceci, alors est-ce que j'obtiendrai cela en retour ?"

E= attente expectancy "si je me mobilise pour faire cela, est-ce que j'arriverai à cette performance ?"

Mais dans le même temps il faut pouvoir y croire que nous allons réussir à obtenir ce dont on a besoin, c'est à dire il nous faut croire que nous sommes capables de l’obtenir.  

Il peut arriver parfois que nous perdons l'espoir en nous-même ou les autres, c'est là que notre motivation peut fléchir un peu, car on n'y croit plus, et la performance peut baisser.   Il y a une dynamique dans la motivation c'est la petite flamme qui nous pousse à faire des efforts, à persévérer mais elle ne fait pas tout comme on vient de le voir. On peut être juste très motivé parce que cela fait partie de notre tempérament, il y a des personnes qui sont d'un naturel plus enthousiaste que d'autre (selon la classification des traits de personnalité, les Bigs five, on les appelle des "extravertis"), mais pour être vraiment performant il faut allier aussi de bonnes connaissances et la maîtrise effective ou l'entraînement des capacités. Selon la théorie d l'auto-détermination  (Deci et Ryan, 1985, 1991) la « motivation autodéterminée » arrive quand le besoin d'autonomie joue un rôle prioritaire ( d'où l'importance d'offrir des choix, de donner des occasions de réfléchir, et surtout d'éviter de contrôler, de contraindre etc...) ; dans cette théorie on doit aussi considérer le besoin de compétence (donner l'occasion d'utiliser et développer ses capacités, faire en sorte que la personne croit en ses capacités) et le besoin d’appartenance sociale (donner souvent l'occasion d'échanger avec autrui, partager des moments positifs, et d'unité avec autrui). Donc ces trois besoins psychologiques formant la base de la motivation humaine, lorsqu'ils sont satisfaits, la personne est plus motivée car elle atteint une sensation de bien -être et donc une forte motivation en découle. Cela s'oppose à la contraite externe pour réaliser un objectif, la pression sociale ou bien l'évitement d'un événement désagréable, punition, rabaissement, etc... 

Enfin, ce qui peut faire chuter les performances ça peut être une perte de confiance en soi mais aussi envers les autres. En effet, lLa théorie de l'équité d'Adams (1963, 1965) montre que la motivation vient des représentations mentales (théorie cognitiviste) qu'on entretient par exemple lorsqu'on cherche à savoir s'il y a une justice au travail, dans les rétributions pour soi et autrui compte tenu des performances qu'on a dans l'entreprise. Sa formule de calcul est la suivante:

Score = \left ( \frac{R}{A} \right )

où R est le Résultat (ex: salaire) et A est l'Apport (ex: la performance au travail)

  • Si le score du sujet est égal à celui d'autrui (pour les mêmes performances), alors il y a équité, et donc il sera motivé ;

  • Si les scores sont inégaux (à performance égale), alors il n'y a pas équité, et la motivation baisse. Même dans le cas où le sujet serait surestimé, il va perdre de sa motivation.

Des salariés peuvent perdre confiance envers leur entreprise, ou leurs dirigeants parce qu'ils peuvent être amenés à croire qu'ils n'obtiendront jamais ce qu'ils espèrent, c'est à dire la reconnaissance financière ou symbolique en lien avec leurs efforts. Si lorsque qu'ils ont fait des efforts ils ne réussissent jamais à obtenir ce qu'ils espérent, iIs vont penser que rien ne changera quoiqu'il arrive, donc cela ne vaut même pas la peine de le faire. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by psychocasaucau.over-blog.com
commenter cet article

commentaires